Touche à tout et complaisamment dilettante, forte pourtant des titres que je m'octroie : artiste peintre plasticienne, écrivaine et rêveuse, photographe à mes heures ; aime me salir en peignant, me préserver en brodant, me déployer en écrivant. Il s'agit avant tout, non pas de plaire, mais d'être sincère et de répondre à une nécessité intérieure.

Dans ma peinture, je pars de mots ou d'une simple préoccupation et vais, entre le dit et le tu, le montré et le caché, pour tenter de dresser une cartographie des états de ce monde, inclus en ceux-ci mes états d'âme errante. Je raconte, sans jamais m'enfermer dans le narratif pur, je me raconte sans jamais me borner à ma personne. Je travaille très vite, mouillant et asséchant, dessinant et effaçant, raclant, raturant, recouvrant, ou très lentement, trait après trait, point après point, hypnotisée par le répétitif et la lenteur du geste. Mon rapport au temps comme à l'espace se concrétise dans les couleurs, aux limites desquelles le noir brouillé, toujours vaincu, et le blanc noyé, jamais intact : ma quête de pureté est dans les nuances, sauve ainsi de tout manichéisme. J'ai quelques thèmes de prédilection en dehors de cette matière première qui est moi-même: les paysages industriels, le tango, les sans voix que sont les animaux, et les inclassables, sortes de feuilles de route sans balises.